_IMG_5207_72dpi

Les Français et les colonies de vacances : notre sondage exclusif Ifop

Le nouveau sondage réalisé par l’Ifop pour la Jeunesse au Plein Air (JPA) démontre que les Français ont globalement une bonne opinion des colonies de vacances. Dès lors, comment expliquer que les parents y envoient moins leurs enfants ?En 2014-2015, ce sont 1,3 million d’enfants accueillis dans des colonies de vacances et centres de loisirs, tous organismes confondus, contre 1,5 million en 2007-2008. La diminution concerne également le nombre de séjours (42 500 contre 47 000) et leur durée (9,2 jours contre 9,4).

Les colonies de vacances gagnent à être vécues

Selon l’étude Ifop intitulée « Les Français et les colonies de vacances », réalisée du 23 au 25 mai 2016 sur un échantillon représentatif de la population française à la demande de la Jeunesse au Plein Air, trois quarts des Français ont une bonne opinion des colonies de vacances, notamment 85% des parents ayant déjà envoyé leurs enfants en colonies.

77% des sondés approuvent le fait que les colonies de vacances ont su innover et évoluer avec leur temps. Ceux qui y ont déjà envoyé un enfant sont plus nombreux à adhérer à cette affirmation (82%). Par ailleurs, 90% des sondés sont d’accord pour dire que les activités mythiques des colonies de vacances (veillées, grands jeux, olympiades) constituent des souvenirs inoubliables. Ce qui donne à penser que les colonies de vacances gagnent à être vécues et ne sont pas assez médiatisées.

Aux yeux des Français, les colonies de vacances permettent avant tout à un enfant d’apprendre la vie en collectivité (51%).

Pour la Jeunesse au Plein Air, la mixité sociale constitue un atout majeur des colonies de vacances. Il appartient aux associations, aux responsables à tous les niveaux de véhiculer l’idée que les colos sont un lieu de brassage social, culturel et qu’il s’agit d’une chance et non d’une contrainte. Rencontrer l’autre permet de s’enrichir soi-même ou tout simplement de s’amuser mieux ensemble.

Le coût financier du séjour (pour 59% des sondés) et le manque de confiance dans le personnel accompagnant (pour 57%) sont les principaux freins perçus au recours à une colonie de vacances.

Les réponses de la Jeunesse au Plein Air : travailler sur les coûts et mieux communiquer

Face à ce constat, la Jeunesse au Plein Air souhaite que les colos proposées par tous les acteurs de ce secteur puissent être accessibles au plus grand nombre, notamment en veillant à inclure les classes moyennes. Le coût d’un séjour d’une durée d’une semaine atteint aujourd’hui 500 € en moyenne. Concernant les familles ne bénéficiant d’aucune aide – apportée aujourd’hui par la CAF, le comité d’entreprise, le centre communal d’action sociale, l’intercommunalité, les associations, etc., ce coût peut être rédhibitoire.
En ce sens, la Jeunesse au Plein Air propose des aides jusqu’à un quotient familial de 1200 euros (au-delà de ce que prévoit la CAF notamment).
Enfin, pour améliorer la communication en direction des familles, notamment en raison des offres de séjour très nombreuses, souvent diverses et parfois compliquées, la JPA propose que soit créé un site Internet d’informations unique. Cet e-guichet référencera les offres en tenant compte, d’une part, des souhaits de l’enfant et, d’autre part, des aides financières susceptibles d’être apportées.

Lire notre communiqué de presse les Français et les colonies de vacances

Les Français et les colonies de vacances – Etude Ifop pour la Jeunesse Au Plein Air – MAI 2016

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *